Ce qu’il y a de fascinant et de nécessaire à voir dans la série la plus chaude de Netflix : Squid Game ?

Ce qu’il y a de fascinant et de nécessaire à voir dans la série la plus chaude de Netflix : Squid Game ?

Pour l’instant, c’est peut-être la série la plus regardée et la plus discutée au monde. Pourquoi ?

Cela fait longtemps que je n’ai pas été aussi accro à une série. Mais il m’a surpris non pas tant par son histoire spectaculaire ou ses techniques de tournage et son cadrage de style pop asiatique que par son actualité.

La série coréenne sur Netflix s’appelle Squid game qui est une sorte de Hunger Games mis en scène par les héros de Parasite.

Ce qui est fascinant et nécessaire à voir dans la série la plus populaire de Netflix :
Le jeu du calmar
Ce qui est fascinant et nécessaire à voir dans la série la plus chaude de Netflix : le jeu du calmar.
The Hunger Games

Les personnes endettées

Le réalisateur et scénariste Dong-hyuk Hwang, qui a travaillé pendant des années sur ce film au bord de l’alcoolisme (il l’avoue), nous dit dans l’interview IndieWire qu’il voulait créer une histoire qui soit une allégorie. Ou une fable sur une société capitaliste moderne déformée par sa concurrence extrême, avec des héros qu’il a rencontrés.

A la fin de la série , il est dit au journal télévisé, alors que le héros principal veut se faire couper les cheveux : la Corée est l’un des pays les plus endettés du monde. L’emprunt, la dette est le moteur central du régime actuel et l’élément clé qui maintient l’histoire dans un suspense maximal.

Mais commençons par le début.

L’émigration comme solution financière. Cela vous semble familier ?

Nous avons une famille capitaliste traditionnelle. Qu’est-ce que ça veut dire ? Il est composé de trois personnes : la mère, le père, l’enfant. Naturellement, des parents divorcés. Qu’est-ce qui caractérise encore la famille capitaliste traditionnelle de la finance tardive ? Précarité maximale, prêts et fragilité de l’emploi.

La dépression est comme l’air, la seule chose qui n’est pas encore gérée. Du parent à l’enfant : la dépression sociale totale.

Pour gagner sa vie, la mère, à la recherche d’un emploi et dépendante des autres, émigre – pour travailler. Avec l’enfant. Le père aux dettes énormes, incapable de subvenir aux besoins de l’enfant, une mère malade, de multiples emplois « flexibles », vit au jour le jour – plutôt sur l’argent du loyer de la vieille femme. C’est proche de la réalité en France, n’est-ce pas ?

Et voici l’occasion de jouer à un jeu qui rapporte beaucoup d’argent : plusieurs dizaines de millions de dollars. Le héros principal est superbement interprété. En fait, l’ensemble du casting est très bien choisi, et je crois savoir que beaucoup sont des acteurs coréens connus. Nous avons Lee Ji-Ha, Jung-jae Lee, Yoo-mi Lee, Hae-soo Park, Hoyeon Jung et ainsi de suite.

Dans le spectacle, vous rencontrez les principaux héros : ici, il y a tous les esclaves de la dette à Séoul. Vous avez des représentants de toutes les couches de la société : l’homme du peuple, le garçon du quartier, le gangster-yakuza, l’immigrant pakistanais, le garçon éminent diplômé de la meilleure université (spécialisé dans la finance).

Vous avez aussi une famille, une fille décrépite avec un enfant dont elle ne connaît pas le nom, l’ouvrier de la verrerie en faillite, un vieil homme avec une tumeur au cerveau. Vous avez la fille en Corée du Nord soupçonnée d’espionnage : « Je pensais que ce serait mieux ici », etc.

Sur 465, un seul reste en vie

Le jeu auquel se livrent les héros est une série de jeux d’enfance mais le perdant perd la vie : sur 465 joueurs, un seul gagnera. Un seul d’entre eux finira par remporter le grand prix et restera en vie. Mais ils ne le savaient pas dès le départ : ils le découvriront au fur et à mesure.

Ce qui est fascinant et à voir dans la série la plus populaire de Netflix :
Les héros de « The Squid Game » luttent pour leur survie

Après le premier test, après la première partie dans laquelle la moitié des participants sont tués, les joueurs ont un choix démocratique : rester dans le jeu ou partir.

Les règles et l’idée de démocratie sont à l’ordre du jour ici : on meurt de manière très « démocratique ». Apparemment, personne ne vous force.

Ils choisissent de quitter le jeu en votant, mais retournent à leur vie quotidienne, ordinaire, dans la Corée super-développée, ils voient que l’enfer ici n’est pas pire que l’enfer du jeu : les salaires sont en retard, les dettes sont énormes, ils mettent leur corps en gage pour des prêts, vendent leurs organes, ont des emplois précaires, des parents malades, etc. Précarité, pauvreté, inégalité, dépression. Ensuite, ils préfèrent l’enfer du jeu à l’enfer de la réalité : 90% choisissent de retourner dans le jeu. L’épisode s’appelle même « Hell ».

Qu’est-ce que la liberté de choix ? Une illusion banale : vous choisissez le type de mixeur dans lequel vous allez vous faire déchiqueter. C’est un choix. Rien de plus : 99% mourront – 1% a une chance de survie et de gain.

Ce qui est fascinant et nécessaire à voir dans la série la plus populaire de Netflix :
Vidéo de The Squid Game | Photo : Profimedia

Le jeu se veut démocratique et égalitaire : avec des règles strictes. C’est sur cela que comptent ceux qui contrôlent le jeu. Les membres des structures de pouvoir sont vêtus d’uniformes, leurs visages sont couverts et ne se distinguent que par des figures géométriques. Le pouvoir voit les visages des participants au jeu. Les joueurs ne voient pas les visages du pouvoir : les exécutants du pouvoir ne sont pas autorisés à voir les visages des autres. La structure de pouvoir des riches est impersonnelle : sans visage mais avec le pouvoir de prendre la vie.

Même si le jeu est déclaré équitable, avec des chances égales pour tout le monde, il y a en fait beaucoup de conditions de départ inégales et de règles changées pendant le jeu.

Par exemple : les biscuits au sucre peuvent avoir une forme simple – un triangle, ou une forme complexe – un parapluie, et quiconque casse accidentellement les biscuits en les démoulant sera abattu.

Le joueur-ouvrier, qui sait analyser le verre, peut penser à une faille dans le pont de verre, mais immédiatement ses conditions vont changer, de sorte que le joueur n’aura pas l’occasion d’utiliser ses propres connaissances. La méritocratie est une blague dans un tel monde.

Ceux qui goûtent la mort des gens ordinaires

Ok, mais pour qui est cette émission ? Pour qui ce cynique, tuant impitoyablement tout, inhumain, animaliste, malaxeur ? Pour qui l’humanité se transforme-t-elle en jungle et les humains en bêtes ? Qui est le téléspectateur ?

Les spectateurs sont les invités spéciaux, ceux qui paient des sommes colossales pour venir voir ce spectacle : le spectacle de la mort.

Ce sont des élus très riches – et eux aussi ont le visage couvert mais avec des masques dorés – qui viennent faire des paris sur la vie de ces pauvres gens. Comme les courses de chevaux – d’ailleurs une passion du héros principal – sauf que maintenant chaque perdant, être humain, s’il perd meurt. Et les gens avec des masques dorés : ils parient. C’est leur plaisir – le reste les ennuie.

Ce qui est fascinant et nécessaire à voir dans la série la plus populaire de Netflix :

La différence avec « The Hunger Games »

La série , contrairement à beaucoup d’autres de cette série – tels que Les Jeux de la Faim -n’est pas froid et abstrait, mais a une forte composante humaine et sociale réaliste, concrète. Il présente des faits réels tirés de la vie de gens ordinaires.

Les héros sont très humains : on reconnaît presque les héros du film. Parasite: avec des problèmes multiples, de l’humour, des sourires, des larmes et des tragédies bien réelles : un réalisme capitaliste avec des nuances d’instagram pour les jeunes.

Dans le cinquième épisode, le héros se souvient d’avoir perdu son emploi, de la fermeture de l’usine, d’avoir participé à des manifestations, d’avoir été battu par les troupes spéciales chargées du maintien de l’ordre, etc. Il y a travaillé pendant dix ans, mais la restructuration et la rationalisation du secteur ont entraîné la mise à la rue de milliers d’employés.

Ce qui est fascinant et nécessaire à voir dans la série la plus chaude de Netflix,

Le corps est déjà promis pour les organes

La série également une forte composante liée à la relation de la vie sociale et économique : la dette est l’élément central du cynisme et de la violence dans la série. Le scénario semble être écrit en parallèle avec l’ouvrage de l’anthropologue David Graeber.

Comment la richesse naît de rien et que le travail ne peut pas vous sortir de la dette. Et comment l’immense violence naît de la manière dont la société est stratifiée par une terrible inégalité. Mais en Corée – une sorte d’avant-garde du capitalisme financier – les emprunts ont atteint des sommets insensés : les gens mettent déjà leur corps en gage pour des organes. Si vous ne rendez pas l’argent à temps, vous perdez l’organe, les organes et le corps.

Bien sûr, la France n’en est pas encore là, elle a un autre patrimoine comme les « appartements dans les vieux immeubles », la campagne, les relations rubéfiantes « archaïques » qui nous protègent encore.

Nous ne sommes pas encore à l’avant-garde périphérique du capitalisme mondial. Mais nous nous en approchons rapidement.

Nous deviendrons tous coréens tôt ou tard si nous continuons sur cette voie de la destruction de l’État-providence et de la dérégulation totale. C’est à peu près ce que fait « mon gouvernement ». Retour.

Comme quand les employés ont payé le café de Rockefeller.

Lorsque le héros devient riche parce qu’il a gagné le gros lot, il est invité à la banque. Il ne touche pas l’argent qu’il a pris, il est taché de sang, mais il demande de l’argent de poche à l’employé de banque. Elle lui est offerte avec plaisir.

Ce qui est fascinant et nécessaire à voir dans la série la plus chaude de Netflix,

Il s’agit d’une référence à la célèbre phrase de l’ancien Rockefeller « l’icône de la richesse et de la réussite »  qui se vantait de ne jamais porter de portefeuille sur lui. Souvent, lorsqu’il sortait dans les couloirs pour fumer une cigarette ou boire un verre, le propriétaire disait qu’il n’avait pas de monnaie. Ses employés, du portier au directeur, sautaient volontiers pour payer sa facture.

Ensuite, ils se sont vantés pendant des mois d’avoir « payé la facture du gros Rockefeller ». C’était le comble de l’honneur pour eux. Il ne leur serait pas venu à l’esprit de demander le remboursement de leur « dette ».

Et Rockefeller, comme tout bon milliardaire, a pensé qu’il était naturel d’honorer » ses employés de cette manière. Quel est l’intérêt ? Cette astuce fonctionne toujours, mais uniquement dans un sens : la dette/l’emprunt va dans un sens pour certains et dans un sens complètement différent pour d’autres. Cela dépend beaucoup de l’échelon de pouvoir politique et économique auquel vous vous trouvez. Surtout sur le plan économique. Rockefeller s’est également vanté de payer un taux d’imposition inférieur à celui du portier de sa banque. Les impôts sont pour les pauvres : taxer le travail et non le capital.

Seul face à la mort

Après avoir passé au mixeur et que tout le monde soit devenu de la chair à canon, le héros principal, celui qui voit tout le monde mourir mais gagne le prix, rencontre le vieux riche qui a tout manigancé : un gros escroc avec une référence coréenne bien réelle. Le vieil homme et le héros qui a gagné l’argent aimaient tous deux jouer quand ils étaient enfants : seulement à l’époque, notre mère nous appelait pour dîner, maintenant personne ne nous appelle, dit le vieil homme sentimental. Nous sommes seuls face à la mort, poursuit-il zen.

Ce qu'il faut voir et ce qui est fascinant dans la série la plus populaire de Netflix :

Leur pari final porte sur la foi en l’humanité : peut-on encore croire aux gens, après avoir vu toutes les horreurs que peut faire un homme trop affamé et un homme trop avide d’argent et de pouvoir ? Je place un dernier pari pour tester l’humanité de l’homme contre le sans-abri qui dort dans la rue.

Comment ça se termine ? Il faut voir le spectacle pour ça : ça vaut le coup. Il s’agit de nous et de l’avenir possible. Comme une menace.

Notez cette actualité :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *