Malala : l’intrigue, le casting et toutes les infos sur le film consacré à la militante lauréate du prix Nobel de la paix.

Malala : l’intrigue, le casting et toutes les infos sur le film consacré à la militante lauréate du prix Nobel de la paix.

La formidable et désormais âgée de 24 ans Malala Yousafzai, blogueuse et activiste engagée dans la cause de la scolarisation des filles, fondatrice de laOrganisation à but non lucratif Fonds Malala une collectrice de fonds pour l’éducation, qui a survécu à une blessure par balle en 2012 aux mains d’un taliban dans son Pakistan natal, et lauréate de la Prix Nobel de la paixmarié.

L’heureuse annonce de la lauréate du prix Nobel Malala via les médias sociaux

Malala Yousafzai, l’une des voix les plus influentes et les plus distinguées de ces dernières décennies, né à Mingora (vallée de Swat, Pakistan) le 12 juillet 1997, est adulée dans le monde entier (notamment dans les pays occidentaux) pour son admirable courage. Dévouée depuis son plus jeune âge à la lutte pour les droits civils et le droit à l’éducation – interdit par un édit des Talibans – pour les femmes, elle a commencé son ascension vers la notoriété grâce à son blog pour la BBC.

Après les événements tragiques qui l’ont impliquée et les nombreux succès de sa carrière de fervente militante sociale, la jeune révolutionnaire révèle sur les médias sociaux qu’elle a franchi une autre étape importante de sa vie. En juillet, elle a déclaré dans uninterview pour British Vogue Son incertitude quant à l’utilité réelle de la pratique du mariage lui attirant de nombreuses critiques, le 9 novembre 2021, on la voit plus amoureuse que jamais, flanquée de son mari sur les photos jointes au post twitter dans lequel elle annonce : « Aujourd’hui marque un jour précieux dans ma vie. Asser et moi sommes mariés et serons partenaires pour la vie. »

Il m’a appelée Malala : l’intrigue du documentaire

Le film/documentaire superlatif Il m’a appelé Malala. réalisé par le réalisateur et producteur américain Davis Guggenheim en 2015 est un outil utile et, aujourd’hui plus que jamais, nécessaire à la connaissance du monde islamique, à travers l’histoire émouvante de Malala, la jeune militante réduite à la mort pour la seule raison d’avoir exprimé publiquement son désir de lire et d’étudier.

Guggenheim met en évidence la séparation claire entre les le terrorisme politico-religieux et la vie pacifique des peuples ayant des croyances différentes sans remettre en cause les droits fondamentaux de l’être humain, la démocratie et la paix universelle. Il attire l’attention du spectateur sur la La foi islamiquequi, lorsqu’il est vécu comme le fait la famille Yousafzai (ainsi que de nombreuses autres familles musulmanes), ne manque pas de répondre à l’égalité et au respect collectif.

Le film, réalisé en 18 mois très intenses, s’ouvre de manière fluide sur une séquence d’animations féeriques alternant avec des interviews authentiques de membres de la famille et des séquences historico-géographiques du Pakistan. La protagoniste a un peu plus de onze ans, elle aime rire, plaisanter, jouer, écouter de la musique, regarder la télévision, se promener, faire du shopping et surtout aller à l’école et étudier. Mais tout cela se heurte aux idéaux politico-religieux extrémistes des Talibans. Après tout, ce sont les mêmes flux et reflux historiques qui nous enseignent que l’arme la plus redoutée par les régimes dictatoriaux rétrogrades et sanguinaires a toujours été l’éducation, seule véritable force capable de les rendre plus efficaces. des populations libres et incontrôlables.

La petite Malala, qui, dès son plus jeune âge, assistait à la maison aux discours de son père et de ses amis sur la politique (en les assimilant inévitablement), éclate plus explosive qu’une bombe atomique et commence à écrire, sous un pseudonyme, une blog pour la BBC dans laquelle elle prône la lutte pour la liberté et la scolarisation des femmes, s’opposant aux interdictions actuelles et soulignant à plusieurs reprises l’importance fondamentale de la culture, qui, selon elle, peut aider à surmonter tous les comportements et idéologies néfastes. Mais la réponse brutale des talibans est arrivée juste à temps. frappé de façon ruineuse par trois balles dans la tête. lors d’une tentative d’assassinat dans un bus scolaire sur le chemin du retour de l’école. Elle a subi une opération très délicate au cerveau à Birmingham (Royaume-Uni), qui a été partiellement reconstruit, et après une longue convalescence, la jeune révolutionnaire est retournée au combat plus déterminée que jamais, créant avec son père la Fonds Malala, publier le le best-seller I am Malala en collaboration avec Christina LambMalala est une jeune femme qui prononce des discours émouvants aux Nations unies, rencontre des chefs d’État influents, entreprend de nombreux voyages à travers le monde pour défendre les droits des enfants et devient la plus jeune candidate (et lauréate) du prix Nobel de la paix de l’histoire.

Les déclarations de Davis Guggenheim sur le film dédié à Malala

Le portrait du réalisateur se concentre donc sur la croissance de Malalaqui prend conscience de son pouvoir en tant qu’agent de changement global et historique. Elle-même déclare après l’événement tragique : « Ils pensaient que les balles nous feraient taire. Mais rien n’a changé dans ma vie, sauf ceci : la faiblesse, la peur et le pessimisme sont morts ; la force, la puissance et le courage sont nés ».

« Grâce à son éducation »dit Guggenheim après que le film ait été réalisé, « Malala a trouvé sa propre voix, et a ensuite pris la décision de l’utiliser pour ce en quoi elle croit. Si quelqu’un d’autre était inspiré à s’exprimer en voyant ce film, ce serait quelque chose de spécial ».

Il m’a appelée Malala : casting et récompenses pour le documentaire

La Fox Searchlight Picturesen association avec Image Nation Abu Dhabi, Participant Media et National Geographic Channel, présente une production de Parkes-MacDonald et A Little Room. Le film est réalisé par Davis Guggenheim (également connu pour avoir réalisé le documentaire « An Inconvenient Truth ») avec la présence de Malala Yousafzai, Ziauddin Yousafzai (père de Malala), Toor Pekai Yousafzai (mère de Malala), Khusal et Atal Yousafzai (frères de Malala).

Les producteurs sont Walter Parkes et Laurie MacDonald (« Gladiator ») et Davis Guggenheim avec Mohamed Al MubarakMichael Garin, Jeff Skoll (« Citizenfour ») et Shannon Dill (« Foo Fighters : Back and Forth ») en tant que producteurs exécutifs. L’équipe de production comprend les rédacteurs Greg Finton, A.C.E. (« Waiting for Superman »), Brian Johnson et Brad Fuller (« Rebirth ») ; les directeur de la photographie Erich Roland (« Waiting for Superman »), musique de Thomas Newman (« American Beauty »), animation de Jason Carpenter (« The Renter »), la productrice d’animation Irene Kotlarz, les producteurs associés David Diliberto et Shiza Shahid, et Sarah Regan qui supervise la production.
Le 1er décembre 2015, le film figurait sur la liste des finalistes, avec quatorze autres, en tant que Oscar du meilleur documentaire pour les Oscars 2016.Il a également été nominé pour le 43e édition des Annie Awardsdans la catégorie de la meilleure production spéciale animée et a reçu deux nominations pour les Women’s Image Network Awards, dont celles du meilleur documentaire et de la meilleure production.

Notez cette actualité :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *