Wonder Woman 1984, film de super-héros DC Comics

Wonder Woman 1984, film de super-héros DC Comics

Un film de super-héros avec des artefacts magiques

Les artefacts magiques peuvent être une excuse pour les scénaristes pour faire passer des commodités dans l’esprit du spectateur. Dans un film de super-héros, ou dans tout autre exemple du genre fantastique, les objets aux possibilités extraordinaires ne sont pas rares, ni répréhensibles, bien sûr, tant qu’ils sont dûment intégrés dans la logique interne. Mais en Wonder Woman 1984, la découverte archéologique, initialement traitée comme un simulacre bon marché, est présentée comme un équipement narratif flagrant facilitant/simplifiant ce qui gravite autour d’elle. Pour Diana (Gal Gadot), il représente le moyen par lequel la super-héroïne récupère momentanément son amour ,bien éhontément truqué pour avoir à nouveau Chris Pine en tant que cloison masculine. Pour Barbara (Kristen Wiig), le moyen de se démarquer, de sortir de son invisibilité. Quant à Maxwell (Pedro Pascal), il rend palpables ses projets mégalomanes. Ce méchant caricatural, de type excentrique, incarne une sorte de lampe d’Aladin qui exauce les vœux, mais fait payer des prix faramineux.

Les débuts du film Wonder Woman 1984

Au départ, il n’y a aucun problème dans le fait que ces intrigues se déroulent autour du même élément enchanté. Cependant, les scénaristes Patty Jenkins, Geoff Johns et Dave Callaham s’appuient excessivement sur les facultés magiques, négligeant inexplicablement les dilemmes moraux qui s’ensuivent et qui ont été repris dans d’autres productions de teneur fondamentalement similaire. En fin de compte, Wonder Woman 1984 parle de deux parias transformés en menaces très dangereuses, ne consistant même pas à les déterminer comme des sous-produits d’un monde peu accueillant pour leurs particularités. En fait, cette même foule qui lègue Barbara et Maxwell à la marginalité de l’attention et de l’affection est celle qui, dans un élan flagrant d’idéalisme innocent, met de côté les possibilités de gain personnel pour établir le bien commun. Contradiction bien explorée ? Pas du tout, pas même mentionné comme un changement radical dans la conception. Les petites fissures de l’intrigue minent l’importance des discours, tant collectifs que strictement individuels. Si Diana hésite à renoncer à sa demande en raison d’un dilemme moral parfaitement raisonnable, pourquoi le renoncement sans restriction de simples mortels, dont la personnalité est même contemplée par le dispositif, devrait-il sembler organique ?

Les critiques et les bémols du film

Mais, Wonder Woman 1984 ne succombe pas uniquement à cause de ces faiblesses. En l’occurrence, ce n’est pas la première fois que le protagoniste féminin, une fois de plus incarné par Gal Gadot, est réduit à des impasses mal présentées et à une dépendance émotionnelle (voire physique) vis-à-vis du “ressuscité”. À plusieurs moments, elle ne capitule pas devant les menaces grâce au soutien essentiel de Steve Trevor, une présence inconfortable dès le début en raison de la gratuité d’un retour absolument inutile et forcé. Le prologue au pays des Amazones ressemble aussi à ça. Si en Wonder Woman (2017), l’ouverture à Themyscira était probablement la meilleure chose de ce bon film, ici ce n’est rien de plus qu’un étalage de pyrotechnie plutôt gratuit, car la leçon apprise par la petite Diana n’est pas si utile comme renforcement de ce qu’elle vit dans le présent. De plus, Kristen Wiig semble souvent déplacée dans le rôle du personnage archétypal qui réaffirme la rivalité féminine néfaste emballée dans l’envie.

Les scènes d’action sont loin d’être au sommet

Comme le titre l’indique, le film se déroule en 1984. Pour entériner cet engouement hollywoodien pour les années 1980, Patty Jenkins estime qu’il suffit d’une séquence d’aperçus symptomatiques – personnes habillées comme à l’époque susmentionnée, jeunes à la salle de jeux, foule dans les centres commerciaux – pour créer une ambiance adéquate. En bref, Wonder Woman 1984, les scènes d’action sont loin d’être apothéoses, notamment en raison de la façon dont le réalisateur privilégie les cascades proches de l’exhibitionnisme pur et simple à l’utilisation de sacs bananes. Les scènes d’action sont loin d’être apothéoses, notamment en raison de la manière dont le réalisateur privilégie des cascades proches du pur exhibitionnisme au détriment d’une logique de prouesses physiques insolites. Ajoutez à tout cela, dans la catégorie des faiblesses, la capacité d’apprentissage exagérée des personnages – Diana sait rapidement comment rendre un jet invisible et Steve ne prend pas plus de 10 secondes pour se familiariser avec une technologie aéronautique en avance de 60 ans sur son temps – et nous avons un film qui manque de dynamisme, en plus de gaspiller les apports dramatiques.

Nos autres actualités DC COMICS :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *