Shadow and Bone une adaptation de Netflix presque parfaite ?

Shadow and Bone une adaptation de Netflix presque parfaite ?

Comparaison de la série et du livre de Shadow and Bone

Shadow and Bone est l’une des nombreuses adaptations de la littérature YA qui ont été entreprises. Cependant, tous n’ont pas ce que celui-ci a, comme Ben Barnes qui coupe les gens en deux, sans avoir à descendre de sa majestueuse monture.

Ombre et os est une adaptation des livres de l’univers Grisha, écrits par Leigh Bardugo. La première saison est principalement basée sur l’ouverture de la trilogie du même nom de l’auteur, ainsi que sur les personnages de Six of Crows cela nous donne jusqu’à trois intrigues se déroulant simultanément. C’est en soi un véritable défi, car huit épisodes semblent être un laps de temps assez court pour bien les développer tous. L’autre défi a dû être pour Netflix de nous donner enfin quelque chose d’agréable à regarder. A-t-il réussi à le faire ?

Shadow and Bone : Alina Starkov a eu une mise à niveau

Alina Starkov est une cartographe servant dans l’armée de Ravka, qui va suivre le chemin déjà parcouru de zéro à héros. Le livre Alina a pu sembler un peu fade à beaucoup, surtout dans la première partie de la trilogie, mais l’adaptation a décidé d’aborder ce personnage un peu différemment.

La bande annonce

Un nouveau fil conducteur

Le premier changement frappant apporté par les créateurs de la série est son parcours. Dans le livre, ce n’était pas significatif, alors que dans l’adaptation à l’écran, il a été décidé qu’elle ne serait qu’à moitié Ravkan. De ce fait, Alina a également ses racines à Shu Han, avec qui Ravka est en guerre. Et elle ne peut pas le nier car elle a hérité sa beauté de ce dernier.

Cet élément est important car il ajoute un tout nouveau fil conducteur et une nouvelle question sociale à l’histoire. Et très actuel, puisque de nombreuses personnes connaissent aujourd’hui un fossé culturel en raison de leur ascendance mixte. Avec ce traitement, la série gagne en maturité, car il est clair que les créateurs veulent écraser le livre avec des sujets nouveaux et difficiles. Et il aborde ce domaine peut-être moins discuté du racisme qui concerne les Asiatiques.

Changements également bénéfique pour Alina elle-même.

Si les créateurs de la production s’en étaient tenus au fait que sa solitude provient du fait qu’elle est orpheline, cela n’aurait pas été aussi puissant que le fait qu’elle se batte aux côtés de personnes pour lesquelles elle porte le visage de l’ennemi. La série a donc approfondi son problème avec son sentiment d’appartenance. Ses tentatives de se fondre dans le décor, pour lesquelles elle est bien connue des lecteurs, sont désormais beaucoup plus claires : ce n’est pas qu’Alina veuille la paix ou manque d’ambition, mais jusqu’à présent, son altérité a toujours été une raison de l’exclure et de l’humilier. Elle ne veut donc pas d’une autre raison pour laquelle elle se distingue des autres.

Alina, qui doit faire face au racisme et à l’aliénation, est moins unidimensionnelle que dans le livre. Son passé et les défis qui l’accompagnent soulignent qu’être une Grisha était une chance pour elle d’avoir enfin sa place dans le monde, même si elle est sceptique à ce sujet au début. Le sentiment qu’elle pourrait avoir sa place quelque part, et donc l’espoir qui a été trahi par la suite, résonne mieux dans la série grâce à cela.

Il ne faut pas non plus oublier que la série Alina provoque plus souvent le conflit au lieu de l’éviter. Elle n’a pas peur de se lever pour se battre, comme lorsqu’elle choisit un puissant Grisha comme Zoya comme adversaire lors de son premier entraînement au combat. Dans le livre, c’est Botkin qui les a mis ensemble pour se battre. Cela instaure une tendance générale où les créateurs de la série, s’ils le peuvent, décident que c’est surtout du côté d’Alina que l’initiative doit venir, plutôt que des personnes qui l’entourent. Cela fait d’elle moins une poupée de salon et plus un être humain qui a ses propres opinions et désirs.

Très bien réussi avec des héroïnes à forte personnalité

Il est également assez réussi en ce qu’il parvient à sortir du cadre qui accompagne souvent les héroïnes des jeunes adultes. Beaucoup d’entre eux ont l’affliction d’être, par miracle, les personnes les plus insipides de l’écran, malgré leur rôle de personnage principal. Alina a réussi à l’éviter. Je le dois principalement au fait que les réalisateurs ont décidé de ne pas faire d’elle un pousseur qui fait avancer l’intrigue, donc elle ne prend pas de décisions irrationnelles juste pour faire avancer l’action dans la direction voulue par le réalisateur (je ne regarde pas du tout dans la direction de Sabrina Spellman). Par conséquent, ce qu’elle fait est uniquement dû à sa motivation, et non à un impératif narratif supérieur.

Et nous comprenons généralement ses motivations et voulons l’encourager. À l’exception peut-être du moment, dans le premier épisode, où elle a mis toute l’équipe de cartographes en danger de mort pour que Mal ait de la compagnie sur le vaisseau, et où on a complètement oublié ça, ainsi que le pauvre Alexei. Mais à part ça, on veut vraiment être de son côté. Parce qu’Alina est drôle, incroyablement humaine, et qu’elle essaie juste de faire ce qu’il faut parmi des gens qui veulent s’enrichir.

Shadow and Bone : quels sont les plans pour la saison 2 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *