Le final de La casa de Papel est diffusé sur Netflix – Tous nos personnages préférés !

Le final de La casa de Papel est diffusé sur Netflix – Tous nos personnages préférés !

La deuxième partie de la cinquième saison de la populaire série espagnole « La Casa de Papel » est disponible sur Netflix.

Les fans de la série pourront assister à la conclusion de l’équipe du Professeur.


Le génie qui a ouvert la porte à la vengeance populaire contre les rouages à double tranchant des banquiers et de l’État n’est pas parfait. Il a fait le tour des âges en s’attaquant au système, il l’a humilié aux yeux de millions de personnes, il a inspiré les générations fatiguées et nouvelles pour la justice sociale, mais… Il avait toujours une longueur d’avance sur ses persécuteurs à la poigne de fer, il savait calculer leurs vulnérabilités en les connaissant de l’intérieur, mais tout le monde est mortel.

Les chefs de rébellion sont également sujets à des erreurs, qui leur coûtent cher. Il a eu beau essayer de protéger sa solitude, le contact humain a fait tomber la barrière ; il a eu beau essayer d’imposer une discipline de fer et une obéissance absolue, il a fait place à des alternatives. C’est sur ces faiblesses que ses ennemis comptaient pour le saler de l’intérieur. Pour qu’ils puissent avoir une longueur d’avance. La même chose se produit dans la vie sociale : les révolutionnaires surprennent, les opposants apprennent d’eux et les analysent afin de les neutraliser, et les opprimés attendent que le prochain « esprit brillant » apparaisse : un « professeur » qui leur montrera la feuille de route de la surprise et du succès provisoire.

Lire aussi =>  Squid Game alias le Jeu du calamar, explication coréenne ?

Berlin (Pedro Alonso) : L’homme qui est venu du froid

Si le nom de code de la ville de chacun des auteurs du tristement célèbre braquage indique certaines de ses forces de caractère, je pense qu’il n’y a pas de choix plus approprié pour le membre du gang n° 2 de la capitale allemande. Dur mais totalement engagé dans la réalisation de son plan audacieux, il est le Berlin personnifié : Charme désuet, passé juteux et contradictoire, finesse égocentrique et aura cosmopolite composent le profil d’un anti-héros qui a commencé à reculons (dans les premiers épisodes de la première saison, il est de loin le personnage le plus antipathique de la série) pour finalement être le premier à couper le fil de la solidarité par un acte d’abnégation inimaginable pour beaucoup, à la limite du sublime.

Où est filmé La casa di carta en Espagne et en Italie ?

Avant cela, il a bien sûr fallu des épisodes supplémentaires pour expliquer le contexte et, surtout, le caractère de l’homme qui est non seulement le co-inspirateur du vol mais aussi son animateur essentiel. En fait, dans le processus créatif d’élaboration du plan audacieux, il joue également le rôle de pacificateur entre les deux autres piliers, Profesor et Palermo. La relation entre les trois hommes permet de comprendre qui était vraiment Berlin. L’explosion de violence extrême dans le restaurant, dont la victime est un homme qui a osé narguer son ami, révèle que l’amitié pour lui est principalement une question de principe, de loyauté et bien sûr de défense d’un vieux code d’honneur, tandis que dans la scène la plus emblématique de la série, avec son interprétation de l’antifasciste « Bella ciao » dans le 13e et dernier épisode de la première série, le grand « Berliner » fait l’éloge du rêve de résistance contre ce qui nous opprime et nous assiège.

Lire nos derniers articles sur la casa de papel saison 5 partie 2 sur Netflix

Lire aussi =>  Bande-annonce d'Anatomy of a Scandal : Premier regard sur le nouveau thriller Netflix

Nairobi : Que le matriarcat commence !

Le personnage le plus puissant et le plus attachant de toute la série. Elle est le personnage qui vole la vedette à chaque saison et la personne que tout le monde voudrait avoir à ses côtés en cas de besoin (sans parler d’un vol). Elle a rejoint l’équipe en tant que faussaire à l’invitation du professeur qui avait besoin d’elle pour couper les billets. Elle est drôle et c’est la vie de la fête. Elle ne trahit jamais ses amis.

Elle rit, souffre et est passionnée pour les bonnes raisons et n’a pas honte de le montrer. Elle encourage les femmes qui font des erreurs, elle répond avec force aux hommes qui tentent d’affirmer leur autorité. Il prend les rênes du casse lorsque les choses tournent mal avec la phrase redoutée « que le matriarcat commence ». Et elle s’en sort mieux que quiconque. Il considère l’argent imprimé à la Monnaie comme une œuvre d’art, car il a été fabriqué avec amour et affection. Elle veut être libre et courageuse. Elle souhaite la même chose à tout le monde et à ses voisins. Elle croit qu’il faut du courage pour aimer et le crie haut et fort lorsqu’elle sent que le respect et la solidarité se perdent au sein du groupe.

Nairobi enceinte du Professeur ? La théorie des fans

Elle demande à Berlin de baisser son arme parce que « nous ne sommes pas dans un film de Tarantino » et au professeur de se rappeler que la chose la plus importante qu’ils ont est l’autre. Elle est une communiste passionnée lorsqu’elle entreprend un travail (elle veut que les machines fonctionnent sans arrêt et que les travailleurs soient fidèles au but) et une anarchiste lorsqu’elle est appelée à remettre les choses en ordre. « Vous êtes des travailleurs, les plus courageux que j’ai jamais vus de ma vie », crie-t-elle à ses camarades pour leur donner du courage. Elle a un passé difficile et un rêve qui vaut la peine de tout faire. Elle n’est en couple avec personne et reste attachée à son objectif. Le plus beau, c’est qu’elle croit que nous devrions toujours continuer, peu importe ce qui se passe autour de nous. Jusqu’à la fin. Pour Nairobi alors.

Lire aussi =>  Rory Lucifer saison 6 qui est ce nouveau personnage de la série Netflix !

Tokyo (Ursula Corbero) : Le nihiliste anarchique

Tokyo est intelligent, imprévisible, explosif, impulsif et immature, compagnon, aimant, protecteur et brutal, extrême et dangereux. Une oasis d’homme proche de la maison dans un groupe où les types humains de niche se démarquent. Elle est l’imprudente Matilda du « León » de Luc Besson, une véritable nihiliste anarchiste du 19e siècle qui poursuit avec vigueur la cible immédiate et passe à côté du plan d’ensemble. Avec une assurance volcanique, elle donne les pires cauchemars aux « moines » du politiquement correct en les provoquant avec sa sexualité déchaînée. Opprimée par les termes de la collectivité, elle préfère et se fortifie dans son individualisme pour combattre sa culpabilité. Son impatience est destructrice – mais comment construire un mythe blacklistique sans catastrophe ? Après tout, « l’amour est une bonne raison pour que tout aille mal. » Et quand Tokyo aime, il aime avec passion.

La Maison du papier 5 Tokyo meurt-elle vraiment ou est-elle sauvée ?

Notez cette actualité :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.