Les films les plus esthétiques à regarder ont vous fait le topo !

Les films les plus esthétiques à regarder ont vous fait le topo !

Au cours de son histoire, le monde du cinéma n’a pas toujours été conçu et réalisé selon un ensemble de critères de contenu. Nombreux sont les cinéastes qui ont essayé de créer des produits qui ne se caractérisent pas seulement par l’intrigue ou la performance des acteurs, mais aussi par des qualités esthétiques et photographiques. Dans de nombreux cas, le résultat est la création d’œuvres esthétiques particulièrement importantes, qui se distinguent par un sentiment d’épanouissement et de bien-être qui pourrait être perçu par les spectateurs. Sur la base de ces considérations, nous pouvons considérer les films les plus esthétiquement satisfaisants à regarder et, surtout, capables de redonner un certain bien-être à tous les amateurs de photographie, de style et de mise en scène impeccables.

The Batman – Matt Reeves

Le premier des films les plus satisfaisants sur le plan esthétique à regarder est le dernier de la liste à trouver sa distribution cinématographique. Le Batman réalisé par Matt Reeves était particulièrement attendu pour de nombreuses raisons, dont et surtout le traitement du personnage de Bruce Wayne, bien interprété par un Robert Pattinson qui – avec le recul – a été décrit par beaucoup comme l’un des meilleurs Batman de l’histoire du cinéma. La qualité irréprochable de ce travail cinématographique réside certainement dans la caractérisation des personnages, ainsi que dans la possibilité de réaliser des contextes, des environnements et d’autres types de traitement très proches de la bande dessinée.

Lire aussi =>  Sans Aucuns Remords : Le film - Très bonne audience lors du premier week-end de sa diffusion !

Cependant, le mérite fondamental réside dans la photographie, qui est certainement très importante : Greig Fraser, qui a déjà travaillé sur Dune, faisant un excellent travail de conception de contextes et d’environnements d’autres planètes, a parfaitement réussi à rendre l’idée de la réalité de Gotham dans laquelle Batman vit constamment – et non pas selon des intervalles jour/nuit que d’autres réalisateurs avaient du mal à surmonter – dans l’ombre. Le traitement de l’obscurité dans le film est impeccable : dans certaines scènes, la seule lumière est représentée, par exemple, par les coups de feu des armes utilisées par les sbires de Carmine Falcone, ou par l’effet du spray avec lequel Bruce Wayne tente de reconstituer son histoire. Bien que cela puisse sembler une difficulté pour les acteurs uniquement, le rendu esthétique de l’obscurité est également très difficile pour les directeurs de la photographie qui, dans ce produit, ont fait un travail magistral, élevant considérablement le niveau du film.

Le Phare – Robert Eggers

Le Phare est certainement l’une des œuvres les plus ambitieuses de ces dernières années. Réalisé par Robert Eggers, sur la base d’un sujet d’Edgar Allan Poe (qui voulait initialement être adapté par son frère Max) puis complètement laissé de côté, le film en question réussit parfaitement à représenter toute l’inquiétude et le sentiment d’horreur qui concernent la vie humaine. Dans le film en question, les maigres et très importantes performances de Willem Dafoe et Robert Pattinson parviennent à élever considérablement le niveau du film, qui, en soi, ne fait appel à aucun autre artifice que celui de son contenu. La représentation de l’état d’esprit humain qui a lieu dans le film – compte tenu des intentions de Robert Eggers – n’était pas simple, mais elle a été rendue possible par une combinaison de facteurs.

Lire aussi =>  Rick et Morty : La Bande-annonce de la saison 5 est déjà disponible !

Certes, le noir et blanc parfaitement rendu dans le film en augmente considérablement le niveau, permettant de véhiculer un sentiment d’extranéité spatiale et temporelle, ainsi que l’idée d’une évasion de la matière concrète elle-même, ce qui ne caractérise certainement pas le sens d’un film destiné à porter des significations très différentes. La photographie de Jarin Blaschke, qui a collaboré avec Robert Eggers sur ses trois films, est incroyablement représentative, à tel point qu’elle a conduit à une nomination aux Oscars pour l’Américain. Le résultat de ces éléments est une esthétique incroyablement valorisante qui permet d’apprécier le film de la meilleure façon possible.

Le Phare: Bande annonce

Notez cette actualité :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.