Que faire si votre enfant veut un tatouage ?

Que faire si votre enfant veut un tatouage ?

Si votre enfant veut se faire un tatouage, il est primordial d’en parler sereinement avec lui, car jusqu’à ses 18 ans, en tant que parent, vous êtes la seule personne à pouvoir donner votre accord

Dans cet article, vous trouverez quelques conseils pour bien réagir à cette envie.

Pourquoi votre ado veut-il se faire un tatouage ?

Premièrement, vous devez comprendre l’envie de votre enfant, c’est essentiel. De nos jours, les jeunes aiment de plus en plus se faire des tatouages, car cela a une dimension culturelle très importante. Vous devez aussi vous rappeler que votre ado souhaite sûrement prendre le pouvoir sur son corps, vu que ce dernier est en plein changement.

Au-delà de l’effet de mode, le fait de se faire tatouer, c’est aussi une façon de se différencier des autres. Dernier point important à souligner, cette envie peut être très forte surtout si un ado est dans un processus d’émancipation vis-à-vis de ses parents. C’est aussi une manière de faire passer un message, car un enfant expliquera avec grand plaisir la signification du motif ou de l’écrit qu’il a choisi.

Lire aussi =>  Fermeture d'une boutique de CBD à Dijon par la Cour de Cassation !

Si votre fils ou votre fille vous pose la question ou bien vous parle de son projet, vous devrez absolument en parler en temps et en heure. Les ados savent très bien que ces attributs corporels attirent les regards et leur permettent aussi d’appartenir à un groupe.

Que dit la loi concernant les tatouages ?

En France et selon le Code de la Santé Publique, il est obligatoire que vous, les parents, vous donniez votre autorisation auprès du tatoueur. Dans ce cas bien précis, les tatoueurs ne peuvent pas pratiquer de tatouage permanent sur la peau d’un mineur.

Si un ado obtient l’accord de ses parents, il doit obligatoirement venir chez le tatoueur avec une photocopie d’identité d’un des deux parents, mais aussi avec une autorisation signée et pas un mail. Pour information, cette autorisation parentale doit être conservée par le tatoueur pendant 3 ans. Toutefois, il est possible que des tatoueurs exigent la présence d’un des parents.

En outre, avant l’âge de 13 ans, il est formellement interdit de tatouer un mineur. Jusqu’à ses 18 ans, vous avez donc la pleine autorité sur votre enfant.

Comment réagir face à un ado qui souhaite se faire tatouer ?

femme avec tatouages

Les ados marquent leurs corps de tatouages, car ils souhaitent s’affirmer et se démarquer. En plus de ça, les tatouages sont devenus avec le temps, des nouveaux accessoires de mode. Dans de nombreux cas, ils ressentent le besoin de ressembler à des personnes qui les influencent et qui leur plaisent.

Afin de comprendre l’envie de votre ado, il faut absolument l’écouter pour décrypter ses motivations. N’oubliez pas que l’adolescence, c’est une phase de la vie où de nombreux changements internes et corporels interviennent. C’est à ce moment-là qu’un ado va tenter de maîtriser toutes ces modifications. Pour acter ce changement, certains ados souhaitent effectuer un marquage permanent. En actant de la sorte, votre ado aura le sentiment d’affirmer son originalité.

Lire aussi =>  Comment se tenir informée des dernières tendances beauté ?

Il est donc primordial de discuter avec lui de ses envies de tatouages. Votre ado doit sentir que cet échange est constructif pour lui, et cela lui permettra de mieux réfléchir à cet acte.

Quelles sont les conséquences d’un tatouage sur un ado ?

Si vous n’arrivez pas à dissuader votre ado avec une discussion sereine, vous devrez alors lui parler des conséquences. Se faire tatouer, ce n’est pas quelque chose à prendre à la légère, et ce, peu importe l’âge.

Si votre ado veut se faire tatouer, il faudra lui parler des infections qui peuvent survenir à la suite d’un tatouage. Par exemple, un tatoueur qui ne respecte pas les règles d’hygiène peut exposer votre ado à l’effraction cutanée et cela peut engendrer des problèmes de santé. En effet, si la peau de votre ado n’est pas bien désinfectée ou qu’une aiguille n’est pas correctement stérilisée, cela peut transmettre des bactéries, mais également des virus comme le sida.

Outre les infections, faire un tatouage peut provoquer des allergies. Certains dermatologues insistent sur le fait que les couleurs comme le rouge ou le vert sont potentiellement allergisantes. Si vous êtes d’accord avec votre ado, il est donc fortement conseiller de vous assurer du professionnalisme du tatoueur.

Il faudra aussi parler des conséquences sur le long terme, car cet acte aura sûrement des répercussions dans sa vie personnelle ou professionnelle. Par exemple, faire disparaître un tatouage n’est pas toujours facile, il est donc essentiel de bien réfléchir avant de passer à l’action. Au travail, afficher son tatoo n’est pas quelque chose de recommandé, il est donc impératif d’être prêt à rencontrer des situations délicates.

Lire aussi =>  Quels sont les supports de communication les plus adaptés pour une PME ?

En bref, vous l’aurez compris, si votre fille ou votre fils vous parle de tatouage, il vous faudra parler de ce sujet en étant calme et en lui expliquant que ce n’est pas un acte à prendre à la légère.

Notez cette actualité :

Un commentaire sur “Que faire si votre enfant veut un tatouage ?

  1. Il y a quelques erreurs dans cet article, notamment :
    – Si un ado dispose de l’accord de ses parents pour se faire tatouer, il ne doit pas seulement venir avec une autorisation papier « signée » et une photocopie d’ID du parent signataire : La règlementation impose la présence du parent signant le consentement car l’information obligatoire à délivrer à la personne qui va se faire tatouer doit, dans ce cas, également être communiquée oralement et par écrit au parent (ou tuteur) qui donne son consentement.
    – La loi française ne précise aucune limitation d’âge pour tatouer une personne mineure : C’est uniquement le bon sens des tatoueurs professionnels qui fixe cette limite. Dans la majeure partie des cas, vous ne trouverez pas un tatoueur acceptant de tatouer une personne mineure de moins de 15 ou 16 ans, même avec un consentement parental.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *