LES ESPOIRS DU TOURISME EUROPÉEN

LES ESPOIRS DU TOURISME EUROPÉEN

L’activité touristique du voyage en Europe gagne en dynamisme

Dans son rapport trimestriel, la Commission européenne du tourisme (ETC) avait admis que l’activité touristique que l’activité touristique et de voyage en Europe devrait “gagner en dynamisme” avec l’arrivée des mois d’été les plus chargés, en raison de l’assouplissement progressif des restrictions, de l’augmentation des vaccinations, de l’entrée en vigueur du certificat numérique et de la récente réouverture de l’UE à un plus grand nombre de pays tiers et de voyageurs étrangers entièrement vaccinés.

L’organisme s’attend à ce que la demande de voyages augmente “considérablement” au cours du second semestre 2021, bien que les arrivées internationales restent encore inférieures de 49 % aux niveaux d’avant la pandémie.

Dans le dernier rapport trimestriel “European Tourism Trends & Prospects” publié ce jeudi 8 juillet par l’ETC, il est admis que cette saison estivale est “essentielle pour le secteur”, la demande de voyages en Europe étant restée “faible au début de 2021”. Les chiffres montrent que les arrivées de touristes internationaux ont chuté de 83% au premier trimestre de l’année par rapport à la même période en 2020, indiquant l’entité que “les risques de baisse persistent” après l’augmentation des infections causées par la variante COVID-19 Delta, plus transmissible, et que, admet le CTE “pourrait forcer le retour des restrictions de voyage”.

Pour le président compte tenu de la progression rapide des programmes de vaccination, qui réduisent la pression sur les systèmes de santé nationaux et protègent nos plus vulnérables, l’Europe gère désormais bien les risques liés au COVID, tant pour les habitants que pour nos voyageurs tant attendus”.

L’UE estime que les voyages sont possible toute sécurité ?

Par conséquent L’UE estime que les voyages en toute sécurité sont bien  “possibles cet été”, tout en admettant que “la réouverture est également alimentée par le fort désir des gens de voyager à nouveau et garantie par la volonté de notre industrie de fournir des expériences de voyage sûres et responsables.”

Par conséquent, à l’heure où l’Europe s’ouvre, “il est impératif que des messages clairs et cohérents soient communiqués aux voyageurs”, conclut le président de l’ETC.

Toutes les destinations touristiques ne sont pas au même niveau

Le Portugal parmi les destinations les plus pénalisées

Il est certain que les espoirs du soulagement pour cet été sont élevés après le début catastrophique de 2021 dans le tourisme européen, les dernières données disponibles indiquant que trois destinations sur cinq ont enregistré des baisses de plus de 80 % des arrivées de touristes internationaux.

L’Autriche une destination boudée par les touristes

L’Autriche est la destination qui a connu la plus forte baisse du nombre de visiteurs jusqu’à présent, les mesures de confinement strictes de COVID-19 ayant mis fin aux attentes d’une saison touristique d’hiver, ce qui a entraîné une chute de 97 % des arrivées de touristes dans le pays alpin.

La Croatie en progression

La seule destination qui a dépassé de manière significative les autres destinations européennes est la Croatie, avec une augmentation de 23 % des arrivées de visiteurs. Le pays a ouvert la voie en levant la plupart des restrictions d’entrée imposées par le COVID-19 aux voyageurs internationaux, à condition qu’ils aient été vaccinés, que le test soit négatif ou qu’ils aient guéri du virus.

Comment la La France s’en sort elle ?

La France attend 50 millions de visiteurs étrangers cet été. En revanche Paris souffre encore du manque de tourisme d’affaires.

La France espère recevoir 50 millions de touristes étrangers cette année, contre 35 millions l’an passé, et 90 millions en 2019″, a affirmé le secrétaire d’Etat chargé du Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, , publié en ligne samedi 31 juillet.

Pas de longue distance avant 2025 ?

En Europe, l’ETC s’attend à une augmentation de la demande de voyages au cours du second semestre de cette année, car la situation épidémiologique sur le continent s’améliore, ce qui permet aux “gouvernements d’assouplir les restrictions et de satisfaire le désir des gens de voyager à nouveau”, indique l’ETC.

Les dernières prévisions montrent que les voyages intra-européens représenteront 83 % des arrivées en Europe en 2021, contre 77 % en 2019.

Comme les vaccinations augmentent en Europe, avec plus de 62% de la population adulte de l’UE vaccinée avec au moins une dose de vaccin, “la demande de voyages en Europe cet été devrait augmenter”. En fait, les données de l’ETC montrent que 54 % des Européens interrogés ont l’intention de réserver un voyage après avoir été vaccinés contre le COVID-19.

Le certificat numérique COVID de l’UE étant actif depuis le 1er juillet, l’ETC s’attend à un soutien supplémentaire pour libérer la demande refoulée de voyages, même si elle reconnaît que “les voyages à longue distance sont susceptibles de se rétablir plus lentement”, admettant même que les obstacles resteront “bien au-delà de la fin de 2021”.

Ainsi, les estimations prévoient que “les voyages intérieurs et intra-européens retrouveront les volumes de 2019 en 2022 et 2023 respectivement, tandis que les voyages longue distance “ne devraient pas reprendre avant 2025”.

Le poids des deux géants

En ce qui concerne les marchés sources, hormis l’Allemagne et le Royaume-Uni, la contribution des États-Unis devrait être “la plus significative” à la croissance des voyages en Europe dans les années à venir. Par ailleurs, la levée des restrictions concernant l’accueil des voyageurs américains vaccinés a déjà stimulé les voyages transatlantiques vers des destinations telles que l’Islande, la Croatie et la Grèce en mai 2021. Selon les données de ForwardKeys, les billets émis depuis les États-Unis vers la Croatie (+0,5 %) et l’Islande (+22,7 %) ont dépassé les niveaux de 2019, tandis que la Grèce n’est que 10,9 % derrière.

En ce qui concerne le Portugal, ETC indique qu’après avoir enregistré une augmentation de 155% de la demande pour l’été, suite à la levée annoncée des restrictions, la vérité est que le passage du Portugal de la “liste verte” à la “liste orange” au Royaume-Uni, en plus des contraintes de l’Allemagne et de l’augmentation récente du nombre de cas, ont provoqué un recul de la demande pour notre pays.

En termes de marchés sources, la Chine devrait également apporter une contribution considérable à la croissance du tourisme en Europe au cours de la prochaine décennie. Bien qu’ils représentent une proportion plus faible des arrivées dans la région, un taux de croissance annuel moyen attendu de 12% verrait les arrivées chinoises contribuer à 4,7% de la croissance globale des arrivées vers les destinations européennes au cours de la période 2019-30.

Toutefois, alors que le trafic intérieur chinois continue de se redresser de manière remarquable pour atteindre les niveaux d’avant la pandémie, les voyages internationaux chinois restent stagnants pour l’instant.

2 commentaires sur “LES ESPOIRS DU TOURISME EUROPÉEN

  1. Bonjour,

    Je travaille pour DemandeVisa.fr, une agence de visas française. Nous venons de nous lancer sur le marché (malgré les aléas du moment) et nous souhaitons nous faire connaitre. Je vous ai déjà contacté concernant une demande de partenariat. Toutefois, mon e-mail est resté sans réponse.

    Seriez-vous intéressé(e) par un partenariat ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *