Clint Eastwood, le cow-boy qui a fait ses propres règles à Hollywood

Clint Eastwood, le cow-boy qui a fait ses propres règles à Hollywood

Les débuts de l’acteur Clint Eastwood

L’homme au poncho et au chapeau arrive au village, armé pour l’instant d’un simple regard perçant. Dans la scène d’ouverture du western Pour une poignée de dollars, il s’en sert pour transpercer des bandits tout en puisant l’eau d’un puits avec une louche. Les critiques les plus célèbres d’Amérique se sont moqués du jeu économique de Clint Eastwood. Mais l’éternel cow-boy solitaire, qui fête ses 90 ans ce dimanche, en a fait une carrière sans équivalent au cinéma.
La dernière fois, les comédiens probablement les plus célèbres de l’ère du muet, comme Charlie Chaplin ou Buster Keaton, ont fait quelque chose d’au moins à peu près similaire : avoir le contrôle de leurs projets en tant qu’acteur, réalisateur et producteur et réussir dans ces trois domaines. Clint Eastwood le fait depuis plusieurs décennies et est l’une des plus grandes stars du dernier demi-siècle de cinéma.

Pourtant, il n’avait aucun talent naturel et, dans sa jeunesse, il était plus intéressé par les filles et les voitures que par le cinéma. “Il creusait encore des piscines à 29 ans”, a fait remarquer le célèbre scénariste William Goldman, faisant référence au travail de week-end d’Eastwood à l’époque.

Ses rôles inoubliables

Il suffit de peu de choses – quelques regards neufs dans les westerns de Sergio Leone – pour transformer à jamais un genre en perte de vitesse et lancer une carrière créative à laquelle il est difficile de trouver des parallèles.

Eastwood n’était pas la première personne qui venait à l’esprit du réalisateur italien Leone lorsqu’il planifiait le premier projet de sa trilogie de westerns sur l’homme sans nom. Il voulait Henry Fonda, mais son agent ne lui a même pas remis le scénario. Puis Charles Bronson refuse le cinéaste, et James Coburn accepte, mais pour 25 000 dollars, une somme inacceptable pour Leone.

Eastwood avait réalisé quelques films sans intérêt, mais Leone était intrigué par son jeu étrangement paresseux. L’acteur était impatient de revoir l’Europe, et il a reconnu l’influence du film Yojinbo d’Akira Kurosawa dans le scénario.

C’est ainsi qu’est né, en 1964, le prototype du héros rude, cynique et solitaire qui n’est pas un saint, et qu’Easwood incarnera ensuite à diverses reprises pendant la majeure partie de sa carrière. Créés conjointement par lui et Leon, les costumes sont en grande partie l’œuvre d’Eastwood, tout comme la volonté de réduire les dialogues au minimum nécessaire. Il suffisait d’ajouter un cigare et une caméra intelligente, et le visage d’Eastwood était fait pour ça.

Pour une poignée de dollars est devenu un succès instantané en Italie, et l’acteur n’a pas tardé à acquiescer pour participer aux suites Pour quelques dollars de plus et Le bon, la brute et le truand.

Les deux premiers volets n’ont initialement pas été autorisés à être diffusés en Amérique parce que le réalisateur japonais Kurosawa a intenté un procès en raison de similitudes avec son film Yojinbo. United Artists a donc projeté les trois parties après que les litiges juridiques aient été réglés en moins d’un an. Chacun de ces films a été un succès plus grand que le précédent, et Eastwood est devenu une star en un rien de temps.

Clint Eastwood crée sa propre société de production

Le travailleur acharné qu’est Eastwood n’attend rien, crée sa propre société de production, Malpaso, et travaille simultanément comme acteur dans les projets des autres et comme créateur des siens, dans lesquels, à quelques exceptions près, il joue lui-même.

Il a rapidement fait passer le héros de western à la morale compliquée des films de Don Siegel des plaines ouvertes à la grande ville moderne. Cependant, le policier arraché à la chaîne dans les films de la série Rough Harry est l’un des projets les plus mal accueillis de la carrière d’Eastwood.

Pourtant, cet homme de loi qui se fait justice lui-même – convenablement armé – n’est pas si éloigné des voyous du western pour lesquels Eastwood est devenu célèbre. Mais il n’y a qu’un pas à franchir pour passer de héros facilement romancés et dotés de scrupules moraux à des objections sur la défense de la brutalité policière dans un cadre et un genre différents.

Don Siegel, qui a ensuite dirigé Eastwood dans Trick de Coogan ou Escape from Alcatraz, l’a influencé, ainsi que Leon, d’une manière cruciale. Leone et Siegel savaient tous deux comment tirer le meilleur parti du minimum, travaillant avec des budgets de films de série B et réalisant des films qui semblaient plus chers qu’ils ne l’étaient en réalité.

Eastwood et sa société Malpaso ont fait de même. Il y tourne des films à grand succès depuis le début des années 1970 et est connu pour finir à temps et toujours respecter le budget et le calendrier de tournage prévus. En bref, il est économe non seulement dans son métier d’acteur mais aussi dans tous les domaines de l’activité créative.

“Chaque acteur doit jouer les personnages qui lui conviennent”, a-t-il remarqué un jour. “Olivier aurait l’air ridicule avec un poncho et un pistolet.”

Eastwood n’a pas vraiment l’étoffe de Laurence Olivier ou de l’un de ses contemporains acteurs qui ont également fait carrière sur les planches. Mais l’appareil photo adore ce regard ambigu et photogénique qui émerge du visage de pierre immobile. Tu ne peux pas apprendre ça dans des cours de théâtre.

Cependant, ce n’est pas seulement le travail acharné et les yeux perçants qui leur doivent leur succès et leur statut de star. Ses films ont le pouvoir d’impressionner un public varié. Il incarne des héros ordinaires et imparfaits qui luttent contre l’injustice sans pathos excessif, souvent avec cynisme. Ses films sont conservateurs dans la méfiance avec laquelle ils dépeignent le gouvernement ; d’un autre côté, ils abordent – bien que de manière problématique pour certains – des thèmes libéraux tels que la violence et la corruption policières, ou peut-être l’épiphanie du vieux type intolérant dans Gran Torino.

Les débuts de sa carrière de réalisateur

Au début de sa carrière de réalisateur, Eastwood a mentionné qu’il était surtout influencé par Alfred Hitchcock. Sans surprise, il était aussi un auteur très travailleur qui enchaînait les films, savait naviguer entre les différents genres et n’avait pas peur des séquences d’action. Comme d’autres cinéastes hollywoodiens célèbres, Eastwood cite comme sources d’inspiration Howard Hawks, Anthony Mann et William Wellman.

Ce sont tous des créateurs de l’Hollywood classique, où le système des studios fonctionnait. Clint Eastwood est arrivé à une époque où le système s’effondrait et où l’on réalisait des films audacieux, d’inspiration européenne, dans le cadre du “Nouvel Hollywood”. En effet, ses héros contradictoires s’inscrivent parfaitement dans cette période de changement incertain.

Mais Eastwood, dans sa société Malpaso, a créé une sorte de mini-studio hollywoodien, travaillant de manière indépendante et à sa manière, mais avec la productivité et l’éthique d’une manufacture clairement fixée sur un seul type de produit : les films de Clint Eastwood. C’est une marque dont la longévité est sans précédent dans le cinéma. Pour le western The Expendables (1992) et le drame de boxe Million Dollar Baby (2004), Eastwood a remporté quatre Oscars, ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur.

La réalisation de Gran Torino un byloackbuster

Lorsqu’il a réalisé Gran Torino en 2008, on a parlé d’un adieu théâtral poignant dans lequel Eastwood pourrait se moquer de lui-même. Et peut-être que dans le personnage d’un vétéran de guerre vivant au milieu d’un quartier coréen, qui change lentement son regard sur un autre groupe ethnique, il a reflété un peu de ses propres attitudes politiques.

Mais il n’a pas arrêté de réaliser. Il a également repris le rôle principal, dix ans plus tard, à l’âge de 90 ans. Dans le drame The Smuggler de l’année précédente, il joue à nouveau le rôle d’un vétéran de guerre morose qui se souvient du “bon vieux temps”, quand il n’y avait pas d’internet et que les Noirs pouvaient être traités de nègres.

Ce film inspiré de faits réels, qui raconte l’histoire d’un nonagénaire qui, par nécessité, se lance dans le trafic de cocaïne pour les cartels mexicains, est peut-être un peu un dérivé de Gran Torino. Mais une fois encore, il illustre avec précision – et de manière poignante – pourquoi Eastwood est l’une des plus grandes stars.

Si vous n’avez pas vue le film, il est disponible sur Netflix : Grand Torino

Un personnage qui restera à vie dans les mémoires

Il parvient néanmoins à jouer tous les rôles essentiels avec un look qui reste dans les mémoires. Mais le monde des cow-boys, où il suffisait de jeter un coup d’œil et de tirer sur ses Colts, est irrémédiablement révolu. Ainsi, Eastwood admet dans de nombreuses scènes que tout ce qui reste du cow-boy n’est plus qu’un corps tremblant, cicatrisé et émacié.

Ses films ont toujours bénéficié davantage du mouvement de la caméra que du montage. La caméra se pose maintenant sur les jambes maigres qui sortent lentement du wagon et se dirigent d’un pas traînant non pas vers le lointain mais vers le coffre. Ces quelques mètres, cependant, semblent infiniment loin.

C’est comme si ces jambes disaient adieu à une carrière d’acteur de plus de 60 ans. Et en même temps, c’est comme si à chaque regard sur le visage de l’acteur, on sentait que quelque part au fond, le cow-boy est toujours un cow-boy. Et il pouvait revenir à tout moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *