Nine Perfect Strangers, entretien avec Samara Weaving !!

Nine Perfect Strangers, entretien avec Samara Weaving !!

Tout repose sur Masha Dmitrichenko (Kidman), gourou russe du bien-être et directrice du centre

Les trois premiers épisodes de Nine Perfect Strangers, une mini-série basée sur le roman du même nom de l’auteure australienne Liane Moriarty (Big Little Lies), seront diffusés le vendredi 20 août. Nicole Kidman et Melissa McCarthy jouent dans cette adaptation réalisée par la même équipe de production que Big Little Lies, dirigée par David E. Kelley, qui a également travaillé avec Kidman sur le récent The Undoing.

Tourné en Australie, ce thriller psychologique se déroule dans un luxueux centre de bien-être californien, le Tranquillum House. Extrêmement sélective quant aux hôtes qu’elle décide d’accueillir, la structure promet un processus de guérison et de transformation en seulement dix jours.

Tout repose sur Masha Dmitrichenko (Kidman), gourou russe du bien-être et directrice du centre. Sa mission est de restaurer l’esprit et le corps des visiteurs. Ce que les neuf étrangers ne savent pas, cependant, c’est qu’il y a plus qu’un simple chemin vers le bien-être qui les attend.

Un casting de choix pour cette série diffusée sur Amazon prime vidéo

Avec un casting de choix – Kidman et McCarthy sont rejoints par Tiffany Boone, Bobby Cannavale, Luke Evans, Michael Shannon, Regina Hall, Manny Jacinto, Melvin Gregg, Samara Weaving et Asher Keddie – la mini-série ne peut que donner aux téléspectateurs le sentiment d’assister au sommet de la télévision de prestige, un terme utilisé pour définir une série télévisée qui imite le cinéma.
Cependant, c’est aux moments où Nine Perfect Strangers se repose sur ses lauriers que les fissures de son système deviennent encore plus visibles. Une Kidman sous-utilisée, qui ne pousse jamais sa Masha jusqu’au point de rupture, joue le rôle de meneuse d’un groupe de personnages dont le développement est trop souvent didactique.

Dès que nous voulons en savoir plus sur l’un d’entre eux, nos yeux se tournent vers le suivant. Les réponses ne mettent jamais longtemps à arriver, et c’est la tension narrative qui en pâtit, car elle peine à aller crescendo. Le résultat global est bon, mais il est plutôt discret si l’on considère le pedigree de cette mini-série.

Nine Perfect Strangers - Critique &amp ; Impressions de la première (sans spoilers)
Nicole Kidman à l’affiche de « Nine Perfect Strangers ». Crédits : Amazon Prime Video.

Samara Weaving : « J’ai été trop rapide à juger les femmes comme Jessica. »

Dans la mini-série, l’actrice australienne Samara Weaving joue le rôle de Jessica Chandler, une influenceuse très peu sûre d’elle, obsédée par son apparence physique, qui s’est tournée vers Tranquillum House pour tenter de redresser son mariage avec son mari Ben (Melvin Gregg).
« Cette série est arrivée au moment idéal », se souvient l’actrice, qui ajoute : « J’adore Liane Moriarty, le personnage de Jessica me semblait génial et j’aurais pu retourner en Australie pendant six mois, ce que je n’aurais pas été autorisée à faire dans Pandémie. »
Pour jouer le rôle de Jessica, Samara Weaving s’est largement documentée sur les médias sociaux en prenant quelques personnages comme point de référence (mais préfère ne pas citer de noms). « Avant ce rôle, j’avais tendance à juger très hâtivement les femmes comme Jessica. En réalité, elle est comme nous tous, elle veut juste être vue et pas par des inconnus sur les médias sociaux », dit-elle.
Devenir Jessica était crucial pour habiter le personnage, dit Samara, à commencer par les fils qui ont été appliqués sur son visage pour simuler les retouches auxquelles Jessica est accro. « Elle modifie son corps dans l’espoir de se plaire davantage, alors qu’en réalité, elle devrait explorer les raisons qui la poussent à changer d’apparence », reflète Samara Weaving.

Lire aussi :

Comment l’actrice Samara Weaving s’est-elle débarrassée du besoin de se sentir impeccable ?

L’un des thèmes de Nine Perfect Strangers est le besoin contemporain de déléguer notre processus d’introspection à des retraites ou à des centres de bien-être autoproclamés dans l’intention de réparer ce que nous n’aimons pas chez nous. Comment l’actrice Samara Weaving s’est-elle débarrassée du besoin de se sentir impeccable ? « Je suis perfectionniste, c’est l’un de mes défauts », admet l’actrice, qui poursuit : « La perfection n’est pas réaliste ni atteignable, la vie est désordonnée, mais cela fait partie de sa beauté ». Le fait de pouvoir se défaire de ce genre de contrôle de soi est libérateur ».
Voici la vidéo complète avec le récit de l’expérience de Samara Weaving dans Nine Perfect Strangers, disponible à partir du 20 août en streaming sur Amazon Prime Video.

Quand les épisodes de Nine Perfect Strangers sortent-ils sur Amazon ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *