Last night in soho : Les critiques du film

Last night in soho : Les critiques du film

Last Night in Soho – Critique

Le réalisateur Edgar Wright nous a captivés avec sa vision du Londres des années 1960, le film last night in soho avec Anya Taylor-Joy et Thomasin McKenzie que nous avons apprécié pour cette critique. Un film qui captive à chaque scène, nous offrant un film d’horreur unique et vraiment splendide sur grand écran. Mais une fois passée l’extase des grandes performances des acteurs et de l’excellent travail de l’équipe créative, il reste quelques problèmes avec le scénario. Dont nous vous parlerons en évitant tout spoiler, ne vous inquiétez pas.

Elly (Thomasin McKenzie) quitte la maison de campagne où elle vit avec sa grand-mère (Rita Tushingham) pour étudier dans une école de mode à Londres. Avec une scène d’ouverture magistrale, Wright nous présente le protagoniste qui est timide, créatif et fasciné par les années 1960. Une fois arrivée en ville, elle ne peut vivre avec ses camarades de dortoir, notamment à cause de la maléfique Jocasta (Synnøve Karlsen). Elle trouve donc un foyer dans le grenier de Miss Collins (la regrettée Diana Rigg, à qui le film est dédié). Mais lorsqu’elle s’endort, elle se retrouve à revivre la vie de Sandy (Anya Taylor-Joy), une jeune fille qui veut être chanteuse dans le Londres des années 1960.

Critique : Last Night in Soho

Lorsque Sandy (et donc Elly à sa place) rencontre Jack (Matt Smith), elle semble avoir trouvé le paradis. Mais ce n’est pas du tout le cas. Pendant ce temps, à l’époque actuelle, Elly a fait en sorte que son camarade de classe John (Michael Ajao) tombe amoureux d’elle. Mais elle reçoit également l’attention non désirée d’un patron du pub où elle travaille (Terence Stamp), un vieil homme qui semble cacher un secret dans son passé.

Les années 1960 de Wright sont magnifiques (mais terribles)

Lorsque Wright nous présente Elly, si ce n’était de quelques éléments modernes (le smartphone, par exemple), on pourrait la prendre pour une adolescente des années 1960. Tout dans sa chambre évoque le passé glamour de l’Angleterre de la révolution des costumes. Sans oublier le choix de la musique, comme toujours parfait par Wright et ses collaborateurs. Avec une caméra qui bouge toujours au bon moment et un montage qui n’a pas le rythme de celui des comédies du réalisateur, mais qui est reconnaissable et toujours original.

Mais le saut quantique se produit lorsqu’Elly devient Sandy et retourne réellement dans les années 1960.

Dernière nuit à soho

Dans la scène de la première entrée de Sandy au club, lorsqu’elle rencontre Jack, Wright veut faire tellement de choses, tout en même temps. Il doit nous montrer sans le dire qu’Elly vit son rêve de Sandy, et il le fait avec un jeu de miroirs qui a tout le charme du vieil Hollywood. Mais la façon dont il utilise la couleur et la lumière pour nous parler de l’atmosphère des Swingin’ Sixties, des espoirs et de la détermination de Sandy, ainsi que de la fascination d’Elly pour cette époque, est magique. La caméra bouge comme si elle faisait partie de la danse, la musique souligne les crescendos émotionnels. Un véritable cours magistral sur la façon de diriger une scène.

Lire aussi sur l’actualité cinématographique

Un film d’horreur élégant

Lorsque, sous le vernis du glamour de la décennie, on trouve l’aspect sordide, notamment la façon dont les hommes traitent Sandy, la qualité du réalisateur ne diminue pas. Wright ne se contente pas de raconter, il nous fait vivre directement chaque goutte de désillusion, de dégoût et de peur. Nous sommes spectateurs mais participants, tout comme Elly l’est dans la vie de Sandy.

Les frayeurs dans ce film, qui, à la manière de The Shining, continue de tracer la ligne de démarcation entre horreur et thriller psychologique, ne proviennent jamais d’évidents jump scares. Ils sont le produit d’une angoisse et d’un sentiment de « je perds le contrôle » qui nous est communiqué à l’aide de tous les outils dont dispose le réalisateur. Par-dessus tout, le montage absolument impeccable, le blocage des scènes et une photographie vraiment parfaite (Chung Chung-hoon, qui a réalisé le plus récent It et le second Zombieland).

Thomasin McKenzie et Anya Taylor-Joy se regardent à travers les décennies.

Thomasin McKenzie nous a montré dans Jojo Rabbit qu’elle pouvait jouer la comédie et dans ce film, elle se confirme comme une promesse intéressante pour l’avenir du cinéma. L’actrice néo-zélandaise respire l’innocence lorsqu’elle arrive à Londres avec des yeux rêveurs et nous fait ressentir son malaise lorsqu’un chauffeur de taxi lui demande rageusement si elle est mannequin.

5 raisons d'aller à Last Night in Soho

Mais sa performance fait un bond en avant lorsqu’elle se confronte à Anya Taylor-Joy : leur relation à travers les décennies est le centre émotionnel de l’histoire. La reine des échecs et actrice de Split montre tout son talent dans ce film. C’est une performance détaillée, où même lorsqu’elle est vulnérable, elle semble toujours dangereuse. Les deux actrices refusent d’être des protagonistes classiques de l’horreur : ce sont des personnages complexes et intéressants.

Les hommes qui sont violents et les traitent comme des objets (à la seule exception de l’Elly de John, qui est bien trop gentille et compréhensive) risqueraient de les faire apparaître uniquement comme des victimes. Mais les performances des deux actrices et le caractère complexe de leurs personnages sont de véritables protagonistes, qui ne sont pas définis par le machisme qui les entoure.

Une excellente équipe de soutien

Si Taylor-Joy brille et que McKenzie ne défigure pas mais donne le meilleur d’elle-même dans cette confrontation difficile, le reste du casting se révèle à la hauteur. Surtout les acteurs célèbres dans les années 1960, qui sont tout sauf un acte de nostalgie de la part de Wright. Terence Stamp vous donne des frissons à chaque fois qu’il est sur scène. Diana Rigg, dans ce qui est malheureusement son dernier film, a la même présence stentorienne que dans Game of Thrones.

Matt Smith fait preuve de charisme et de dynamisme dans ce rôle qui semble écrit pour faire exploser ses talents d’acteur. Les camarades de classe d’Elly sont beaucoup moins exploités : Jocasta et John, en particulier, ont des rôles plutôt unidimensionnels. Mais la faute n’est pas la leur.

Critique de Last Night in Soho : une mise en scène parfaite sauve un scénario bancal

Wright a écrit le sujet et a ensuite demandé à Krysty Wilson-Cairns (Penny Dreadful, 1917) de l’aider pour le scénario. Il y a quelques rappels intéressants et l’habituelle grande capacité à construire l’histoire autour de quelques lieux, montrant tout ce dont l’histoire a besoin à la fin de la première demi-heure. La volonté de montrer le pire côté de la nostalgie du passé, en racontant les lumières et les ombres des Swinging Sixties et en parlant de thèmes forts, est digne d’éloges. Mais il lui manque le rythme serré et l’importance de chaque scène que possèdent les films de la trilogie Cornetto écrite avec Simon Pegg.

Le film a des problèmes de rythme, avec certaines scènes qui arrivent trop tard et un troisième acte qui ne sait pas toujours où aller. Mais le problème le plus évident est que le film établit certaines règles pour fonctionner (par exemple sur la dynamique du fonctionnement des rêves d’Elly), qu’il ne parvient pas à suivre dans certaines scènes clés. Nous n’entrerons pas dans les détails pour éviter les spoilers, mais il y a quelques scènes qui sont des souches. Impardonnable. Si ce n’était du fait que le film est si intriguant et si bien tourné que même les plus pointilleux d’entre vous voudront fermer les yeux.

La forme sauve la substance

Surtout lorsque l’horreur commence vraiment, Elly fait des choix peu motivés que nous ne pouvons pas expliquer, bien que nous ayons essayé de la justifier de toutes les manières, étant donné à quel point nous avons apprécié le film. Et les deux révélations les plus importantes de l’histoire sont traitées de manière presque banale, pour un film qui parvient à faire d’une scène de danse un triomphe des sens.

Nous donnons généralement la priorité au scénario, quelle que soit la qualité des acteurs et des réalisateurs. Mais nous avons beaucoup aimé ce film, même si l’intrigue ne résiste pas à un examen approfondi. Les problèmes scénaristiques se renforcent cependant dans la fin, qui ne nous a pas engagés alors que l’horreur anxieuse a commencé quand Elly devient Sandy. Pourtant, nous sommes presque sûrs que nous reverrons Last Night in Soho après l’avoir regardé pour cette critique. L’exécution parfaite compense les lacunes de l’intrigue.

Last Night in Soho – Critique : un film à voir absolument au cinéma

Ce film n’est pas le chef-d’œuvre d’Edgar Wright. Mais cela montre que le réalisateur sait charmer même quand il ne s’agit pas d’une comédie. Son style décisif, notamment au niveau du montage, ne l’empêche pas de raconter une histoire de la meilleure façon possible. Dommage que l’histoire ne soit pas aussi parfaite que la mise en scène.

Notez cette actualité :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.