Abbaye Saint Paul

(Cette annonce a été vue : 1821 fois)


Le monachisme héritier de Saint Benoît a connu pendant quatorze siècles dans le territoire de la France d'aujourd'hui une histoire mouvementée et très riche. La Révolution de 1789 en chasse les moines. Ce n'est qu'en 1833, dans l'antique prieuré de Saint-Pierre de Solesmes (Sarthe), que Dom Prosper Guéranger peut réimplanter en France la vie bénédictine.

En 1866, toujours à Solesmes, Dom Guéranger fonde, pour les moniales, l'Abbaye Sainte-Cécile. C'est de Sainte-Cécile que sont envoyées à Wisques, en 1889, les fondatrices de l'Abbaye Notre-Dame. Elles sont suivies, la même année, par quelques moines de Solesmes destinés à leur servir de chapelains. Ils forment le noyau du nouveau monastère de Saint-Paul qui est érigé en prieuré simple en 1894, puis en prieuré conventuel autonome en 1895.

Les moines logent d'abord au "petit château", belle demeure du XVIIIème siècle, située en face du cimetière actuel. Ils s'installeront par la suite au "grand château"qu'ils occupent encore aujourd'hui.

Chassés de France par les lois de 1905, ils trouvent refuge à Oosterhout, en Hollande. Dès 1910, la communauté est suffisamment nombreuse pour être érigée en Abbaye. Sous la houlette de son premier Abbé, dom Jean de Puniet, elle continue à prospérer et donne naissance à trois autres monastères en Hollande.

En 1920, les moines français d'Oosterhout peuvent revenir à Wisques. Ils réoccupent "le grand château" avec ses quatre tours du XVème siècle et ses bâtiments du XVIIIème.

En 1928, dom Augustin Savaton, moine de Solesmes, devient Abbé de la maison. Celle-ci connait alors une rapide expansion. Il faut construire ! Dom Bellot, moine de Solesmes et architecte, appelé par certains "le poète de la brique", conçoit et réalise, en ciment et en briques, le bâtiment de l'actuel réfectoire.

En 1939, c'est la guerre, puis l'occupation de l'Abbaye par les Allemands. La communauté est dispersée. Certains moines sont prisonniers, d'autres sont réfugiés dans la France libre. Cependant jamais ne cesse à Saint-Paul la louange divine. En 1945, tous les moines se retrouvent, sains et saufs, dans la joie et l'action de grâce.

De nouveau, il faut construire; cette fois, c'est monsieur Joseph Philippe, architecte à Saint-Omer et disciple de Dom Bellot, qui est chargé de l'entreprise. On élève d'abord un campanile pour abriter Bertine, le bourdon de l'ancienne abbaye Saint-Bertin de Saint-Omer, béni en 1470 et sauvé des ruines en 1947. Puis en 1957, c'est le gros travail de la construction de l'actuelle chapelle des moines.

En 1960, après un long et fécond abbatiat, Dom Savaton donne sa démission. Pour lui succéder, la communauté élit Dom Jean Gaillard, originaire d'Amiens. Celui-ci confie à monsieur Philippe, en 1968, le soin d'agrandir, moderniser et embellir le bâtiment de l'accueil et, aussitôt après, d'ajouter à l'ensemble existant une hôtellerie moderne pour l'accueil des retraitants.

Pour raison d'âge, Dom Gaillard démissionne en 1985. La communauté choisit alors comme Abbé, un moine de Saint-Wandrille (Seine-Maritime), Dom Gérard Lafond, dont l'une des premières tâches est de préparer et d'organiser la célébration du centenaire de l'Abbaye en 1989.

En 2005, l'âge étant venu pour Dom Lafond de se retirer, les moines de Saint-Paul élisent à leur tête, comme cinquième Abbé de Saint-Paul, Dom Jacques Lubrez, originaire des Flandres. C'est un de ses anciens compagnons d'études au petit séminaire d'Hazebrouck, Mgr Jean-Paul Jaeger, évêque d'Arras, qui lui confère la bénédiction abbatiale.

Infos pratiques


Il n'y a pas de lien vidéo pour ce site touristique
Cet annonceur n'a pas d'événement en cours

Abbaye Saint Paul

50 Rue De L'école 62219 Wisques

Contact : - Tél : 03 21 12 28 50

Site internet : 


CONTACTER LE DIFFUSEUR PAR E-MAIL

Tous les éléments sont à remplir obligatoirement
image de protection